Workshop18 Jun 2019

# Atelier statistique et moléculaire en Afrique du Sud, 23 mai – 6 juin 2019

Notre troisième réunion de réseau s’est tenue du 19 au 23 novembre 2018 au Centre Muraz à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Tous les partenaires ont présenté des résultats préliminaires et discuté des questions scientifiques et des difficultés organisationnelles, logistiques et de contenu, ainsi que des solutions possibles. De plus, l’ensemble des 23 étudiants de master et de doctorat inscrits au programme de formation de l’ANDEMIA ont présenté leurs projets.

L’objectif clé du réseau de la réunion était d’améliorer le nombre d’inscriptions et la qualité des données dans tous les sites et de renforcer les capacités de diagnostic bactérien dans les pays partenaires.


News13 Dec 2018

# Troisième réunion de réseau à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso

Notre troisième réunion de réseau s’est tenue du 19 au 23 novembre 2018 au Centre Muraz à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Tous les partenaires ont présenté des résultats préliminaires et discuté des questions scientifiques et des difficultés organisationnelles, logistiques et de contenu, ainsi que des solutions possibles. De plus, l’ensemble des 23 étudiants de master et de doctorat inscrits au programme de formation de l’ANDEMIA ont présenté leurs projets.

L’objectif clé du réseau de la réunion était d’améliorer le nombre d’inscriptions et la qualité des données dans tous les sites et de renforcer les capacités de diagnostic bactérien dans les pays partenaires.


Workshop01 Nov 2018

# Atelier “Diagnostics moléculaire” à Berlin

En coopération avec le Programme de protection de la santé mondiale, nous avons invité trois étudiants ANDEMIA de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et de la République démocratique du Congo à un atelier intensif de deux mois (03.09.2018 au 26.10.2018) sur le diagnostic moléculaire à Berlin.

En plus des divers outils de diagnostic moléculaire, l’atelier comprenait également la documentation correcte des données, l’interprétation des résultats, le dépannage, la gestion de la qualité et des cours théoriques d’introduction au séquençage de nouvelle génération. De plus, nos étudiants ont pu participer à un cours d’anglais intensif, ce qui était particulièrement important pour nos étudiants des pays francophones.

L’atelier sera suivi de sessions de formation intensives dans les pays partenaires sous la direction du Dr Essia Belarbi, responsable du diagnostic moléculaire. L’objectif est de mettre en œuvre ce qui a été appris dans chacun des pays et d’assurer une application correcte et durable des méthodes apprises ainsi que le transfert des connaissances à d’autres personnes clés. En outre, un atelier plus court et plus spécifique sur le diagnostic moléculaire à l’Université de Pretoria est prévu pour mai/juin 2019 en Afrique du Sud.


News20 Aug 2018

# Visites de sites à Guiglo et Tai, Côte d’Ivoire en 2018

Depuis 2017, le Centre Hospitalier Régional (CHR) Guiglo en Côte d’Ivoire est mieux équipé en capacités de diagnostic bactériologique de laboratoire (voir rapport “Laboratoire installé à Guiglo”). En raison de cette extension de la capacité du laboratoire, d’autres diagnostics peuvent maintenant être offerts au Centre de Santé Rurale (CSR) de Tai, un petit hôpital rural près du Parc National de Tai, à une distance d’environ 80 km de Guiglo.

Le CHR Guiglo et le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Bouaké ont été en constant échange de formation pour établir la méthodologie et les flux de travail nécessaires dans le laboratoire. A cet effet, plusieurs échanges de formation ont été organisés depuis mi-2017, au cours desquels le personnel du laboratoire de Guiglo a été formé pendant plusieurs semaines à Bouaké ainsi que le personnel expérimenté de Bouaké a accompagné le travail dans le laboratoire de bactério-logie de Guiglo. En avril, mai et juillet 2018, la Prof. Chantal Akoua-Koffi et le Dr Abdulaye Diarrasouba (Postdoc) ont organisé plusieurs visites à Guiglo et Tai dans le but d’établir des processus de travail dans la gestion du diagnostic en étroite collaboration avec le personnel local. Cela comprenait l’échantillonnage correct des patients, le stockage des échantillons et le traitement diagnostique à Guiglo, ainsi que le transport sûr des échantillons pour une analyse plus poussée de Tai à Guiglo et de Guiglo à Bouaké respectivement.

Grâce au projet et aux activités de formation, véhiculées par l’expertise locale, non seulement la coopération entre les hôpitaux, mais aussi les méthodes de travail internes au sein des hôpitaux se sont améliorées. Le personnel médical et de laboratoire du CHR Guiglo se réunit désormais toutes les deux semaines pour coordonner leurs activités, discuter des innovations et des problèmes concernant les projets ainsi que la routine hospitalière. Un développement similaire a déjà eu lieu au CHU Bouaké, où des représentants de tous les services rencontrent le personnel du laboratoire sur une base mensuelle. Il a été démontré qu’au cours de ces réunions, en plus des sujets pertinents pour le projet, un échange général a lieu. De tels développements peuvent contribuer à une amélioration durable de la communication même après la fin du projet et donc à la détection précoce des problèmes et à leur gestion.


News15 Mar 2018

# Deuxième réunion de réseau en Côte d’Ivoire

Notre deuxième réunion de réseau s’est tenue avec succès à l’hôpital universitaire de Bouaké en Côte d’Ivoire, le site de Prof. Chantal Akoua-Koffi, coordinatrice d’ANDEMIA. Pour cela, les équipes ANDEMIA de tous les pays se sont réunies pour discuter des progrès et des nouvelles orientations de recherche du projet.

La prochaine réunion se tiendra au Burkina Faso en novembre 2018.


News01 Feb 2018

# Lancement d’ANDEMIA à Burkina Faso

Nous avons présenté ANDEMIA au personnel médical et scientifique de l’hôpital universitaire Sourou Sanou et du Centre Muraz à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Tout de suite après, les premiers patients ont été recrutés pour notre étude sur les causes des maladies respiratoires aiguës, gastro-intestinales et fébriles.


News01 Nov 2017

# Lancement d’ANDEMIA en Côte d’Ivoire

Avec un atelier d’introduction aux méthodes et protocoles ANDEMIA, une surveillance syndromique active des maladies respiratoires aiguës, gastro-intestinales et fébriles a été initiée sur les premiers sites ANDEMIA en Côte d’Ivoire – CHU de Bouaké et Centre de santé rurale de Brobo.


Workshop13 Aug 2017

Diagnostic de laboratoire – Bactériologie, hémoculture et RAM

En préparation du lancement d’ANDEMIA en Côte d’Ivoire, nous avons organisé un atelier visant à doter les deux sites urbains de Bouaké et Guiglo de l’expertise et des capacités de diagnostic nécessaires en bactériologie, avec un accent sur la culture sanguine et la surveillance de la RAM. Cet atelier a été financé par le Global health Program du ministère fédéral de la Santé de l’Allemagne. L’objectif de la formation était d’améliorer les routines pré-analytiques (échantillonnage, logistique de transport, préparation des milieux de culture), de mettre en place un système d’hémoculture semi-automatisé (BacT/Alert) à Bouaké, d’enseigner les techniques d’identification bactériologique, les tests de sensibilité aux antimicrobiens et de les interpréter en utilisant les seuils de rupture EUCAST.

Feld3

Workshop15 Feb 2017

Atelier pratique “Epidémiologie de terrain”

Notre atelier pratique ” Épidémiologie de terrain ” à Bouaké en Côte d’Ivoire a permis aux participants de tous les pays partenaires d’ANDEMIA d’acquérir des connaissances de base en épidémiologie et cartographie des risques, suivies d’une formation pratique à l’exemple du virus Lassa, dont la présence a été démontrée dans la partie nord de la Côte d’Ivoire.
Les fièvres hémorragiques virales, comme l’Ebola ou la fièvre de Lassa, sont responsables des épidémies en Afrique de l’Ouest et ont un impact énorme sur la santé humaine, comme le démontre la récente épidémie d’Ebola. Certains de ces virus (par exemple le virus Lassa) ont leur origine chez les animaux sauvages, par exemple les rongeurs. Les compétences épidémiologiques ainsi que les connaissances sur les interactions entre les humains et les animaux sont très importantes pour déterminer les zones à haut risque et réagir rapidement en cas d’épidémie. Cet atelier a été parrainé par des fonds du Programme de santé mondiale du ministère allemand de la Santé.